Espaces de coworking, tiers-lieux… ces nouveaux espaces attirent de plus en plus d’entreprises et de salariés.  Bien plus qu’un simple effet de mode, ils sont le reflet d’une nouvelle façon de travailler et d’envisager la relation à son activité professionnelle. Retour sur un phénomène en plein expansion.

Avec un peu plus de 190 000 abonnées sur LinkedIn, l’hashtag #coworking a incontestablement le vent en poupe. Né dans les années 80, le concept de tiers-lieu s’est concrétisé en 1995 à Berlin avec la création d’un des tous premiers hackerspaces du monde, le C-Base dont l’objectif était de favoriser les échanges entre ces membres. En 2002, c’est à Vienne que le « Schrauben Fabrik » voit le jour. Conçu comme un centre communautaire pour les entreprises, il est aujourd’hui l’un des plus importants réseaux de coworking en Europe.    

C’est pourtant aux Etats-Unis, à San Francisco, que nait le premier tiers lieu moderne sous l’égide de Brad Neuberg qui souhaitait offrir un espace combinant « la liberté et l’indépendance du travail freelance et la dimension structurée et collaborative du travail en groupe ». Reflet d’une nouvelle dynamique territoriale, le tiers-lieu répond à une nouvelle façon de faire, à de nouveaux besoins. Bien plus qu’un espace de coworking, il est un endroit destiné à faciliter les rencontres et les échanges et peut prendre la forme de fablabs, de campus connectés, d’ateliers partagés et même de maisons de quartiers. Le point commun de ces lieux : être un lieu d’échange et de rassemblement autour de thèmes et/ou de projets communs.

Une réponse à la crise du Covid-19

Au moment où la crise sanitaire a entraîné la généralisation du télétravail, tout en mettant en évidence ses limites, notamment en termes de rupture du lien social et d’isolement, les tiers-lieux et le coworking se sont rapidement imposés comme une solution idoine. A la fois espaces de travail, d’expérimentation et d’innovation, ils sont également un élément de réponse aux problématiques de transition écologique et de transition énergétique au sens où ils permettent notamment de réduire l’empreinte carbone en diminuant les déplacements domicile-travail.

En offrant davantage de flexibilité aux entreprises notamment dans la gestion des ressources humaines et immobilières, le coworking a également permis de renforcer le bien être des collaborateurs tout en proposant aux entrepreneurs une alternative aux traditionnels bureaux aux baux actuels basés sur le modèle 3-6-9, soit des locations de 3,6 ou 9 ans obligeant le locataire d’attendre au moins 3 ans avant de rompre son bail.

Essentiellement concentrés dans les grandes agglomérations à l’origine, les tiers lieux ont séduit depuis les villes moyennes et les territoires ruraux qui y ont vu un moyen de renforcer leur attractivité et leur chaine de valeur autour de certaines activités spécifiques.

De nombreux exemples partout en France

On dénombrait en France un peu plus de 1 800 tiers lieux et quelque 1 700 espaces de coworking en 2019. De toutes tailles avec une grande diversité de services proposés, ils sont en mesure de répondre à la quasi-totalité des besoins exprimés par les chefs d’entreprise et les porteurs de projet quel que soit leur secteur d’activité.

Epicentre économique social et culturel de la Marseille, le Quartier central des affaires Euroméditerranée – connu pour son offre immobilière unique – abrite plus de 5 000 entreprises responsables qui génèrent plus de 43 000 emplois. Avec une offre d’espaces de coworking particulièrement riche et diversifiée, il s’inscrit dans la stratégie de la Métropole d’offrir des sites adaptés aux besoins des entrepreneurs modernes : fablab, maker spaces, tiers lieux, business factory… sans figer la notion de coworking « pour la laisser ouverte à de nouvelles opportunités » et ainsi répondre aux besoins en lien avec le développement des indépendants, la transformation des économies et l’émergence d’un cadre incitatif favorisant le télétravail.

 

Comme son nom l’indique, le Phare est également un réel lieu de rayonnement apprécié et reconnu dans l’ensemble du Limousin. Implanté à Limoges, cet espace allie travail et culture, grâce à une offre immobilière originale et bien pensée. En plus, d’espaces de coworking classiques de type bureaux et salles de réunion, le Phare propose des expositions temporaires, des concerts, des conférences… organisés dans une galerie d’art de 100m². D’autres espaces comme la cuisine, bibliothèque, ping-pong sont également à la disposition des coworkers, les plongeant dans un confort et un climat de travail détendu.

Poitiers propose également une offre originale en matière de tiers-lieu avec Cobalt, un espace consacré au numérique et à l’éducation avec un large choix de bureaux et une gamme de prix imaginé pour s’adapter à l’ensemble des besoins qu’ils s’adressent à des « résidents » ou des travailleurs nomades. Mise en relation évènements contribuent à renforcer le dynamisme du site et la collaboration entre les occupants du site.

 

Espace événementiel, le Grand Salon à Cobalt
 
Vous souhaitez en savoir plus et trouver le tiers-lieu ou l’espace de coworking le plus à même de répondre à vos attentes pour lancer, développer ou adapter votre activité ? Contactez-nous par téléphone 01 86 76 05 78, par mail implantation@geolink-expansion.com ou prenez directement rendez-vous en cliquant ici

 

Coworking et tiers-lieux : deux tendances qui transforment l’immobilier

LE BLOG DES EXPERTS

Vous êtes une entreprise

Nos solutions dans votre recherche d'un nouveau site d'implantation.

Parcs d'Activités et locaux